Wilma Queen - Virginia Corona

Chez Wilma, on est une grande famille de meufs qui avançons ensemble afin de faire bouger les codes du cyclisme féminin 🤘
Pour vous faire découvrir les contours de notre Wilma way of life, on s'est associées à des femmes puissantes.
Let's us introduce you to nos ambassadrices 💜

Virginie, une femme aussi gentille que passionnée, nous raconte son parcours dans le cyclisme. Nous avons de la chance de l'avoir comme ambassadrice🌟

Qui es-tu ?

Je suis originaire du Venezuela, d'une ville côtière du nord du pays appelée Punto Fijo, 100% Caraïbes. Je vis depuis 3 ans à Barcelone, en Espagne. J'ai 32 ans.

Si tu devais choisir 3 adjectifs pour te définir, lesquels seraient-ils ?

Passionnée ! Constante ! Résiliente !

Quand as-tu commencé le vélo ? Qu'est-ce qui t'a poussée à choisir le cyclisme plutôt qu'un autre sport ?

J'ai commencé à faire du vélo il y a deux ans. J'ai rencontré mon petit ami et il m'a emmenée faire un tour quand on sortait ensemble. Je ne pensais pas que c'était si difficile. Mais je ne me suis pas laissée abattre. J'ai continué à essayer de faire du vélo et maintenant j'adore ça, je ne peux pas m'en passer.
Pour moi, le vélo n'est pas seulement un sport, c'est une thérapie. J'en profite même quand j'ai mal et j'éprouve un réel plaisir après chaque sortie.

Quote

Pratiques-tu d'autres sports ?

Of course ! J'adore courir. Et je fais également du Yoga. Cela me permet de garder l'équilibre.

Le cyclisme demande beaucoup de temps, et un entraînement régulier si tu veux progresser, comment t'organises-tu au quotidien ?

Pour tout vous dire, je ne m'organise pas vraiment. Je peux aller faire un tour en pleine journée si j'en ai envie. Heureusement, je suis indépendante et je peux organiser ma journée comme je l'entends.
Quand l'hiver commence, je préfère aller faire un tour juste avant le déjeuner. Le temps est plus chaud et cela n'interrompt pas mes activités.

Peux-tu nous parler de ta routine personnelle ?

I try at least to go for a one hour ride 2 times a week from Monday to Friday. Then, on top of that, I always meet with friends on weekends for long rides (at least when covid allowed us to do that).

J'essaie de faire au moins 1 ride d'une heure, deux fois par semaine, du lundi au vendredi. Le weekend, je retrouve toujours mes amis pour de longues sorties.

Un petit conseil à donner aux femmes qui aimeraient commencer le vélo ?

J'ai tellement de conseils à donner ! Le cyclisme est difficile, et peut parfois faire peur. Mais ça vaut la peine de souffrir. Commencez par des défis réalistes et augmentez la cadence naturellement.

Chaque petit pas compte. Commencez par les bases et gagnez en confiance petit à petit. Nous sommes toutes passées par là. C'est difficile au début mais si vous continuez d'essayer et de donner le meilleur de vous-même, en restant positives, vous y arriverez. Keep going !

Si tu devais choisir un endroit sur Terre, quel serait-il ?

J'aime mon pays. Je mentirais si je disais que je ne veux pas y retourner. Mais, si je devais choisir un autre endroit, je dirais la Catalogne. Des personnes au top, un bon climat, le travail de mes rêves, une nourriture incroyable et des routes illimitées à parcourir.

Woman on a bike

Selon toi, en tant que femme et cycliste, que pourrait-on faire ou mettre en place pour changer l'image du cyclisme féminin ?

Tout d'abord, nous ne sommes pas faibles ou moins fortes. Nous sommes aussi fortes que les hommes, et ce, dans tous les domaines. Je fais constamment des balades avec des groupes d'hommes. Il n'y a pas des femmes et des hommes, il y a juste des personnes. Aucune distinction de sexe n'est faite.

Nous devons revendiquer notre espace. Cela dépend totalement de nous. Au moment où nous croyons vraiment en nous-mêmes, il n'y a rien d'autre à faire.

Quel est ton plus grand rêve en tant que cycliste ?

Faire un ride à la maison (Venezuela) et découvrir ce pays étonnant avec mon vélo.

Une citation pour te définir ?

“NA FENT” ! C'est une expression catalane qui signifie "continuer". J'ai découvert cette expression alors que je grimpais une colline l'été dernier dans les environs de Gérone. Ensuite, je l'ai retrouvée dans de nombreuses autres ascensions de la région.
Elle m'a vraiment aidée à garder la motivation lorsque j'étais sur le point d'abandonner, et à trouver la force d'atteindre le sommet.
Vous pouvez l'utiliser dans tous les aspects de la vie. Ça marche toujours. Vous devez continuer à avancer.

Suivez Virginia sur Instagram : @virginiacorona

Instagram